Avec le lancement de Palm Pre et WebOS, un acteur de poids revient avec son propre système d’exploitation mobile. La demande est plutôt de savoir si le marché n’est pas petit à petit saturé. Il y a quelques mois, le premier téléphone Android est sorti, et avant cela, il y a eu l’iPhone. Et on […]

Advertentie

Avec le lancement de Palm Pre et WebOS, un acteur de poids revient avec son propre système d’exploitation mobile. La demande est plutôt de savoir si le marché n’est pas petit à petit saturé. Il y a quelques mois, le premier téléphone Android est sorti, et avant cela, il y a eu l’iPhone. Et on n’a encore rien dit de BlackBerry, Symbian et Windows Mobile.
“Je pense que nous allons pendant un moment voir le marché sur moins de plateformes" explique Adam Leech, analyste principal du cabinet d’études OVUM. "Les opérateurs tentent d’en réduire le nombre dans leur portefeuille et nous le voyons se réduire chez les fabricants également. La plupart rationalisent sur deux ou trois plateformes, en fonction des différents segments."
“Nous voyons émarger des technologies communes" affirme Leech. "Palm est un peu différent ici, parce qu’il emploie la même stratégie que RIM (BlackBerry) et Apple. Au sens où ils n’utilisent que leur propre plateforme par rapport à Symbian ou Android qui sont ouvertes aux autres."
“Ces prochaines années, nous allons observer un mouvement en faveur de plateformes mieux gérées qui ne sont par définition par fermées. Un système ouvert comme Symbian a peu de succès en-dehors de Nokia, tout comme Windows Mobile a peu de succès hors de Microsoft. Le seul système qui nous permettra de savoir si l’open source fonctionne vraiment sera Android (parce qu’il est utilisé par plusieurs fabricants, n.d.l.r.)"
 

Orienté grand public
Pourtant, une révolution tranquille est en cours sur le marché des smartphones. "Nous voyons une sorte de transition" affirme A. Leech. "Par exemple chez RIM qui vise les appareils professionnels, mais avec le BlackBerry Storm, il cible actuellement le grand public.
 

Le WebOS de Palm ne doit être considéré comme mort parce qu’il reste dans sa propre marque. "Ce que fait Palm me surprend" affirme A. Leech. "On a un appareil à l’aspect élégant qui a l’air d’un gadget cool et il y a encore la convivialité, c’est la propriété principale. Pour le reste, tout dépendra des fonctions intégrées comme les médias sociaux, la connectivité web ou la lecture de médias."
Le choix de BlackBerry de s’adresser surtout au marché professionnel, alors que l’iPhone s’adresse plutôt au grand public, est d’après A. Leech un choix conscient. "S’ils attribuent du temps au management et à la configuration, ils s’adressent à l’entreprise. Mais je pense qu’ils (Palm, n.d.l.r.) visent surtout le grand public parce que c’est le principal marché. Un téléphone grand public en donnera toujours plus qu’une série d’appareils professionnels avec Windows Mobile."
 

Advertentie