A la fin de juin, Microsoft va arrêter de livrer Windows XP à la plupart des fabricants et concepteurs système. Mais l’adoption de Vista est plus lente que prévu parce que beaucoup de clients continuent à préférer XP. Une solution intermédiaire créative apparaît dans le canal: on vend des PC Vista avec un downgrade vers […]

Advertentie

A la fin de juin, Microsoft va arrêter de livrer Windows XP à la plupart des fabricants et concepteurs système. Mais l’adoption de Vista est plus lente que prévu parce que beaucoup de clients continuent à préférer XP. Une solution intermédiaire créative apparaît dans le canal: on vend des PC Vista avec un downgrade vers XP. Une idée brillante, ou une du genre que l’on claironne depuis quelques mois à Val Duchesse?

Ces 18 derniers mois, Microsoft a soufflé simultanément le chaud et le froid à propos de Vista. Au début de l’année – précisément un an après le lancement du nouveau système d’exploitation – on disait encore que le lancement de Vista se déroulait plus rapidement que prévu. Le passage à XP depuis Windows 98 avait duré à peu près 5 ans. Avec Vista, cela devait durer trois ans. 
 
Microsoft a étayé la confiance notamment avec les résultats du cabinet de conseil Gartner. Des entreprises qui ont adopté une attitude conservative avaient tort selon Gartner. Pire encore: attendre le lancement de Windows 7 pour ainsi faire l’impasse sur Vista est une mauvaise idée, selon Gartner. Microsoft avait encouragé lui-même cette idée en anticipant le lancement de Windows 7 à 2009. Plus tard, le lancement de cette version a de nouveau été reporté à plus tard. 
 
Au début de mai, Gartner a constaté que les entreprises n’avaient pas suivi ce conseil. Plus d’un an après le lancement de Windows Vista, 80% des ordinateurs tournent toujours sous XP. Vista n’est présent que sur 1% des ordinateurs d’Europe et des Etats-Unis. En outre, plus de la moitié des entreprises envisagent de reporter le passage à Vista à 2009 ou plus tard.
 
Gartner ne donne étonnamment plus tort à ces entreprises. Seules les entreprises qui ont encore Windows 2000 sont encouragées à procéder à une phase de test avec Vista. Microsoft arrête en fait le support de Windows 2000 en 2010. Les entreprises qui travaillent avec XP ne doivent pas se hâter selon Gartner. Le bureau d’études leur conseille de commencer déjà les tests de compatibilité des applications métier. Une phase de test fondamentale doit permettre une migration réussie vers Vista.

Réflexe conservateur

Les résultats de Gartner sont pour l’essentiel transposables au marché belge, semble-t-il d’un tour de table d’IT Reseller. "L’an passé, nous avons fourni 95% des ordinateurs et laptops vendus avec XP" affirme Jef Matthé, directeur général de Kender Thijssen, un intégrateur système. Il vise surtout les entreprises moyennes et grandes, notamment via les ventes et location de matériel et de logiciel. "Ce chiffre élevé est en partie dû au réflexe conservateur du client" affirme J. Matthé. "Mais il y a autre chose. Lors du lancement de Vista, aucun antivirus adapté n’était encore disponible. Cela a certainement ralenti l’adoption de Vista."
 
Et il y avait encore d’autres raisons pour reporter la migration. Pour pouvoir travailler aussi vite dans Windows Vista que dans XP, il faut du matériel plus puissant. "Nous ne pouvons pas oublier les frais de formation" continue Matthé. "Pour passer rationnellement à Vista, une entreprise doit donner une formation à son personnel. Travailler avec Vista est autre chose qu’avec XP."
 
C’est l’une des raisons pour laquelle Kender Thijssen ne constate en ce moment aucune demande pour Vista sur le marché de la location. "Le nouveau système d’exploitation n’apporte qu’une faible valeur ajoutée constate Ben Van Geet, le directeur marketing.
 
Que beaucoup d’entreprises préfèrent en ce moment rester avec XP, c’est sans dû à la grande stabilité d’XP. "C’était d’ailleurs la raison pour laquelle XP se vendait" poursuit Jef Matthé. "XP était bien plus stable que Windows 95 et 98, ce qui fait que les utilisateurs étaient demandeurs pour passer à la nouvelle plateforme. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas avec Vista, ce qui fait que Microsoft – et c’est nouveau – doit maintenant faire de gros efforts pour positionner Vista."
 
Les constructeurs semblent miser sur deux chevaux en donnant le choix entre Vista et XP. En même temps, Microsoft a fait savoir que la fin du support d’XP était reportée. Microsoft a réagi avec réserve, mais a ensuite décidé d’assouplir ses règles pour permettre de passer de Vista pré-installé à XP. Le moment venu, l’utilisateur pourra repasser à Vista avec le restore kit livré. Mais les utilisateurs qui optent pour Vista pourront encore repasser à XP ensuite, sans devoir formater le disque dur. On trouvera sur internet d’innombrables astuces pour mener cette tâche à bien.

Un mal nécessaire

"Le passage à un nouveau système d’exploitation entraîne toujours du tintouin" affirme Dirk De Jonghe de la Federatie van Belgische Computer Dealers. "Pourtant, je remarque que la première résistance à l’introduction de Vista s’est entre-temps affaiblie."
 
Pour les revendeurs, ce débat ne constitue pas un problème, selon D. De Jonghe, bien qu’il semble qu’il y ait une grosse différence entre les particuliers et les professionnels. "Les particuliers n’ont qu’un PC chez eux, ce qui n’entraîne pas vraiment de conflits. Dans les entreprises, il en va tout autrement parce qu’il n’est pas toujours facile d’intégrer un PC avec Vista dans le réseau ou d’y faire tourner des applications existantes." 
 
D. De Jonghe constate une pénétration plus faible de Vista sur le marché. "Cela restera ainsi sans doute encore quelques années, surtout sur le marché des PME. Beaucoup de petites entreprises considèrent encore souvent l’IT comme un mal nécessaire ou un investissement de luxe. Les entreprises qui considèrent ainsi l’IT ne sont pas vraiment tentées de remplacer XP maintenant."
 
Chez l’intégrateur Jasa, la problématique sur Vista n’est pas à l’ordre du jour. "Les revendeurs choisissent le système d’exploitation qu’il veut faire tourner sur les PC et portables commandés" affirme Jan Vinckier, "Ensuite, c’est le client qui décide s’il va remplacer Vista par XP ou non."
Pourtant, J. Vinckier constate également qu’il y a une dualité dans le public Windows: "Il y a ceux qui choisissent toujours les solutions les plus récentes. Ils tirent la carte de Vista. Mais il y a aussi beaucoup de clients qui optent pour la sécurité et la stabilité d’XP."
 
En tout cas, il s’agit à chaque fois de faire un choix réfléchi. "Pour passer à Vista avec toutes les applications, il faut prévoir assez de temps et une bonne planification" affirme Tom Swalus, architecte infrastructure de Microsoft chez SkillTeam. "Les utilisateurs qui ne veulent pas faire d’effort maintenant font mieux d’attendre encore. Quand on fait la migration vers Vista, il faut le faire bien."
 
Skillteam constate que Vista suscite encore des craintes injustifiées ce qui retarde les décisions des entreprises sur la migration. Le retour en arrière comme solution intermédiaire n’est, selon SkillTeam, pas une bonne idée. "L’adoption de Vista se déroule sans doute lentement, mais finalement, il est indiscutable que le nombre d’ordinateurs tournant sous Vista est de plus en plus grand."
Advertentie