Les utilisateurs finals sont largement convaincus que les logiciels payants sont meilleurs et en donnent plus que leurs concurrents gratuits. Mais bien que six utilisateurs sur dix en sont convaincus, seuls 30% paient réellement pour une suite de sécurité complète. C’est ce que l’on apprend dans une récente enquête de PC Magazine. Cette enquête s’intéresse à […]


Hoe heeft technologie een impact op je business?
Ontvang elke week het zakelijk IT-nieuws rechtstreeks in je inbox!



Les utilisateurs finals sont largement convaincus que les logiciels payants sont meilleurs et en donnent plus que leurs concurrents gratuits. Mais bien que six utilisateurs sur dix en sont convaincus, seuls 30% paient réellement pour une suite de sécurité complète. C’est ce que l’on apprend dans une récente enquête de PC Magazine.

Cette enquête s’intéresse à ce que pensent les consommateurs des logiciels de sécurité. 30% des personnes interrogées affirme se servir d’une solution complète payante, alors que 51% affirment faire confiance à une solution totale gratuite. Environ 15% affirme opter pour une combinaison de programmes séparés pour leur pare-feu, antivirus, antispam, … Seul 1% affirme ne pas utiliser de logiciel de sécurité.
 
Pourtant, la majorité des utilisateurs croit que les programmes payants protègent mieux que les logiciels gratuits. 58% en sont convaincus, alors qu’ils ne sont que 20% à dire que les logiciels gratuits sont efficaces et 19% ne sait pas à quel saint se vouer.
 
Cette enquête s’est également intéressée au prix par pc que les consommateurs sont prêts à payer pour des programmes de sécurité. Environ la moitié des utilisateurs accepte de dépenser entre 10 et 20 euros par an pour une bonne protection.
 
Du reste, le consommateur reste raisonnablement fidèle à son programme. Huit sur dix disent changer rarement, 17% changent de programme après avoir lu des critiques favorables.
 
Les lecteurs de PC Magazine admettent également être d’abord gênés par le spam, ensuite par les virus, le spyware, et d’autres maliciels. Sept pour cent affirme devoir souvent faire face à des attaques de phishing (hameçonnage).