Un réseau de fibre optique peut être très rapide et très fiable, mais cela ne veut pas dire qu’il est sûr. C’est ce qu’affirme IDC, un bureau d’étude dans une enquête publiée récemment. Les câbles de fibre optique ont la réputation d’être moins faciles à pirater que les câbles en cuivre. Ce n’est en effet […]


Hoe heeft technologie een impact op je business?
Ontvang elke week het zakelijk IT-nieuws rechtstreeks in je inbox!



Un réseau de fibre optique peut être très rapide et très fiable, mais cela ne veut pas dire qu’il est sûr. C’est ce qu’affirme IDC, un bureau d’étude dans une enquête publiée récemment.

Les câbles de fibre optique ont la réputation d’être moins faciles à pirater que les câbles en cuivre. Ce n’est en effet pas de l’électricité qu’il faut détourner, mais de la lumière. Et cela demande du matériel spécialisé, il ne suffit pas de brancher un câble.
IDC prévient que la sécurité de la fibre optique est en train de changer parce que le matériel nécessaire au piratage de ces fibres est de plus en plus facile à trouver.

Trois méthodes pour dérober des données
La difficulté pour les pirates est d’aller chercher de la lumière sur les câbles, sans que le signal ne perde de sa force. Une baisse de la puissance du signal est en effet facile à détecter. Mais il existe trois méthodes pour placer le signal sur écoutes.
La première technique est de couper le câble et d’y brancher un appareil d’écoute. Le signal va être interrompu brièvement, et cette coupure est facile à détecter. La seconde possibilité est de procéder à une courbure du câble ce qui permet à une petite quantité de lumière de s’échapper. Le matériel nécessaire pour utiliser cette technique d’écoute se trouve facilement.
Il y a une autre méthode encore qui n’exige pas de toucher au câble. On place à l’extérieur un capteur capable de capturer la faible lumière dans une enveloppe placée autour du câble.
Il existe en fait une quatrième méthode, plus facile que les trois autres. Les réseaux en fibre optique sont souvent équipés de carrefours en forme d’Y pour les travaux d’entretien dont les pirates peuvent tirer profit.
 

Solution: le cryptage
Il n’y a qu’une solution à ce problème selon IDC, et c’est le cryptage. Si toutes les données qui circulent sur le réseau sont cryptées, elles pourront être mises sur écoute, mais personne ne pourra déchiffrer le signal.
La protection physique des câbles est en pratique irréalisable. En effet, pour faire la maintenance, les techniciens doivent toujours pouvoir travailler sur les câbles. Le réseau est donc accessible aux pirates.
 

Qui cela peut-il intéresser?
Les réseaux en fibre optique sont très employés par les banques et les grandes entreprises. Elles travaillent souvent avec des données personnelles sensibles. Il va de soi que ces informations ne peuvent s’ébruiter.
Des secrets d’entreprises circulent aussi sur les réseaux en fibre optiques des entreprises. Et ça, ça intéresse les espions industriels.