Le malaise économique crée un moment pour innover, et un autre pour faire ce qui doit être fait. "Sinon, nous ne survivrons pas", explique le patron de Citrix Marc Templeton à Las Vegas. Et la virtualisation est justement actuellement la solution pour pas mal de problèmes. Pas de grandes annonces lors du Synergy, la fête […]

Advertentie

Le malaise économique crée un moment pour innover, et un autre pour faire ce qui doit être fait. "Sinon, nous ne survivrons pas", explique le patron de Citrix Marc Templeton à Las Vegas. Et la virtualisation est justement actuellement la solution pour pas mal de problèmes.

Pas de grandes annonces lors du Synergy, la fête de Citrix à Las Vegas. Pas de grands nouveaux produits ou versions de produits. Le CEO utilise l’évènement essentiellement pour mettre l’accent sur le fait que l’innovation est la solution à la situation économique actuelle.

La consolidation, l’optimalisation, la simplification: autant de concepts que la virtualisation peut offrir à moindre frais, estime M. Templeton. “L’IT est plein d’idées mortes”, explique le CEO. “Nous devons en finir avec l’idée archaïque que tout, jusqu’à la dernière fibre du réseau, doit être fermé et en interne.” D’après lui, c’est un dogme qui va à l’encontre du SaaS et de la tendance internet.

Pour être totalement virtuel, Citrix conseille une solution end-to-end: la virtualisation du centre de données, de l’OS aux applications. Mais il reste une faille à combler: les possibilités hors ligne, qu’on appelle désormais Xenclient. 

Avec Intel
“Le desktop doit pouvoir être détaché du réseau”, explique M. Templeton. “Nous allons le faire avec l’aide d’un partenaire, car cette possibilité doit être intégrée dans le matériel pour être adéquate. Intégrée dans le bare metal. C’est pourquoi nous collaborons avec Intel. C’est une technologie centrale pour nous, et nous l’appelons Xenclient.”

Le concept avait déjà été annoncé il y a quelques mois, et permet aux appareils mobiles de disposer de l’environnement virtualisé hors ligne. De cette manière, plusieurs images peuvent également fonctionner sur un même appareil, par exemple un OS de travail, avec les applications afférentes, et un OS privé. La technologie est intégrée au matériel.

Citrix n’est pas la seule entreprise à implémenter ce concept, son concurrent VMware possède aussi un accord avec Intel pour ce type de produit. Mais M. Templeton rappelle que Xenclient sera totalement gratuit, comme l’hyperviseur Xenserver.

 

Tout en un
Pour faciliter la gestion et l’extension des services virtualisés, le CEO a présenté Citrix Receiver, un client logiciel pour amener facilement les services chez l’utilisateur final. Il s’agit d’une application de gestion centralisée pour sélectionner et gérer les services. Les applications et les services qui sont utilisés via l’infrastructure Citrix n’apparaissent donc pas dans la liste de programmes Windows, mais seulement dans Citrix Receiver. “Citrix Receiver regroupe tout ce qu’il faut dans un seul client pour livrer des services via une connexion sécurisée”, explique M. Templeton.

Citrix Receiver sera également gratuit, et disponible pour iPhone. “De plus en plus de personnes en déplacement laissent leur portable à la maison et ne se servent plus que d’un smartphone”, affirme M. Templeton. Toutes sortes de programmes et de services qui tournent à distance dans un centre de données peuvent de cette manière être accédés sur un iPhone. Receiver sera également lancé sur Windows Mobile, Symbian et Android.

Enfin, Receveir possède une autre nouvelle fonction: Citrix Dazzle. Une sorte d’app-store où les employés peuvent sélectionner des applications et des services et les utiliser via Receiver. “L’IT doit à nouveau être un self-service, proposer des possibilités de choix. C’est ce que veut la nouvelle génération”, conclut Templeton.

 

Advertentie